Fissure facade CMP
zoom

C'est sous le titre Foyers «pirates»: un business en eau trouble, qu'Alter Echos consacre son article du 20 janvier 2016 au Structures d'Hébergement Non Agréées (SHNA)

À Bruxelles et en Wallonie, des structures à vocation commerciale proposent des services d’hébergement à des personnes particulièrement fragilisées. Si toutes ces initiatives ne sont pas à fourrer dans le même panier, les risques de dérive sont réels. Mais ces maisons sont aussi les seules à accepter un public qui ne trouve refuge nulle part ailleurs. Et à proposer un endroit où se poser à un public qui n’est plus en mesure de s’activer. Le monde associatif et politique est divisé: faut-il les réglementer ou les fermer? (lire l'article dans son intégralité sur le site de L'agence Alter)

 

Sous-catégories

La Strada a des missions d'obsjjq

s

qsq

qsq

q

La concertation bruxelloise de l'aide aux sans-abri prend la forme de réunions fixées par arrêté du Collège réuni. Son objectif est de promouvoir un dialogue de qualité et une concertation au sein du secteur sans-abri, avec les politiques et les secteurs connexes. Les réunions sont programmées tous les deux mois autour de thèmes d'actualité réunissant pouvoirs publics (cabinets ministériels, représentants de CPAS, ...), acteurs de l'aide aux personnes sans abri et secteurs connexes (santé, santé mentale, logement). Les réunions de concertation visent à faciliter l'échange mutuel d'informations (terrain-recherche-politique) et l'élaboration de recommandations.

En moyenne, six réunions sont programmées sur l'année.

Lors de chaque réunion de concertation, des intervenants – en particulier issus des secteurs de la santé (mentale) et du logement –   sont invités à rejoindre les membres permanents dans leur réflexion. A ce titre en 2014, la Fédération des Maisons médicales est venue compléter le « pôle santé » au sein de la concertation déjà étendue à Médecins du Monde.

 

Groupe de travail ‘Passerelles’

Suite au groupe néerlandophone « Bruggenbouwer », un groupe de travail francophone a été mis sur pied, associant un secteur supplémentaire. Il s'agit du GT "Passerelles » qui fait converger le secteur sans-abri avec les secteurs de l'aide aux personnes handicapées et la santé mentale.

Objectifs du projet

En un premier temps, des échanges d'informations ont été organisés entre les 3 secteurs (sans-abri, santé mentale, handicap). Dans un second temps, le travail s'est orienté vers la levée des obstacles existants entre ces secteurs, en tenant compte de leurs spécificités. Le transfert de l'expertise et du savoir-faire des uns et des autres est au centre de ce projet.

A long terme, l'objectif est de nouer des relations de collaboration structurelles entre ces secteurs.

Les réunions se divisent en deux parties : la présentation d'un service d'un des 3 secteurs et la présentation d'un cas problématique par un travailleur social.

Les acquis de ce groupe de travail se situent à différents niveaux. Les travailleurs de terrain cherchent et, souvent, proposent des réponses à des situations concrètes vécues par des personnes se situant à l'intersection entre les 3 secteurs. Progressivement, une meilleure connaissance des publics respectifs et des services est acquise. Des collaborations entre travailleurs mais aussi entre institutions peuvent ainsi être améliorées.

Un objectif, à terme, est de dégager les invariants qui se trouvent au-delà des particularités liées à la personne, au service ou au secteur, de réfléchir au développement de méthodes communes d'intervention par rapport à ces questions et de formuler des pistes d'action (institutionnelles/politiques) pour une meilleure prise en compte de ces thèmes dans les pratiques respectives.

 

Groupe de travail Structures d'hébergement non-agréées (SHNA), futures « Pensions sociales »

Un groupe de travail, mis sur pied en janvier 2009, a examiné la situation des personnes sans-abri résidant dans des structures d'hébergement non-agréées en Région bruxelloise. Travaillant simultanément par enquêtes et par débats publics, ce groupe de travail a déposé un rapport en 2012 auprès des responsables politiques bruxellois (Ministres et Parlement).

De nombreux abus ont été constatés dans ces structures.

Suite à de multiples discussions, un projet-type de convention au Collège réuni a été approuvé le 27 février 2014 en vue d'imposer un contrôle de ces structures par l'administration de la Commission communautaire commune, sans subventionnement et dans le seul but de protéger les personnes qui y résident. Le Collège réuni a marqué son accord, le processus est en cours auprès de l'inspection de la Commission communautaire commune.

Conjointement avec l'administration de la Commission communautaire commune, plusieurs réunions de sensibilisation ont été organisées en 2014 pour les communes et CPAS et pour les travailleurs sociaux bruxellois : mutuelles, services sociaux, services de santé mentale, secteur handicapés, défense sociale.... L'objectif est d'attirer l'attention sur les conditions de vie des résidents, de faire connaître les conditions de reconnaissance des pensions sociales et de favoriser un « réseau de vigilance » de travailleurs sociaux capable de signaler de nouvelles maisons non-agrées.